RéFHab

Thème

Réponses fonctionnelles des arbres aux contraintes hydriques saisonnières des habitats de forêts tropicales – RéFHab

Financement et durée

INRA, 2018-2019

Chef de projet

Clément STAHL

Présentation du projet

Les écosystèmes forestiers fonctionnent actuellement proche de leur limite de sécurité hydraulique (Choat et al. 2012). Une plus grande fréquence et sévérité des épisodes de sécheresse à l’échelle du globe pourraient donc augmenter la vulnérabilité de ces écosystèmes à la sécheresse (Allen et al. 2010, Greenwood et al. 2017) et accroitre le risque de mortalité des arbres, y compris dans les régions tropicales (Phillips et al 2009). Dans le contexte des changements globaux, les modèles climatiques prédisent une accentuation des épisodes de sècheresse dans l’Est amazonien (Duffy et al. 2015). Depuis plusieurs décennies, le bassin amazonien est en effet sujet à une augmentation de la durée des épisodes de sécheresse saisonniers (Fu et al. 2013). Les conséquences de ces changements sur les forêts tropicales restent encore bien mal comprises en grande partie lié à la très grande richesse spécifique de ce milieu.
Les forêts topicales sont caratérisées à la fois par une très grande richesse spécifique, i.e. d’environ 120 espèces à l’ha (ter Stegge et al. 2013), et une très forte diversité fonctionnelles (Baraoloto et al. 2010). Les forêts tropicales offrent également un large panel d’habitats qui se distingue par des caractéristiques hydriques et des teneurs en nutriments du sol très différentes (Baraloto et al. 2011, Ferry et al. 2010, Grau et al. 2017). Dans chaque habitat, les contraintes hydriques peuvent varier en fonction des saisons ; les habitats de bas-fond, par exemple, présentent des périodes successives de sécheresses édaphiques en surface en saison sèche et des périodes prolongées d’engorgement en saison des pluies pouvant durer plusieurs semaines.
A ce jour, aucune information n’est disponible sur la réponse fonctionnelle intégrée (processus hydrique et carboné) des arbres tropicaux dans des habitats couvrant deux gradients environnementaux (teneur en eau et en nutriment du sol). Il apparait donc nécessaire de mieux comprendre les performances des espèces le long des gradients environnementaux et de prédire le fonctionnement des communautés d’arbres face aux changements globaux. La finalité étant de définir si de tels changements impacteront durablement ou non les espèces et quelles seront leurs stratégies de réponse (résistance, tolérance ou évitement).

DiaryTous les événements

August 2020 :

Nothing for this month

July 2020 | September 2020

News items Toutes les brèves