Stoechiodiversity

Thème

Approche stœchiométrique de la biodiversité et des cycles biogéochimiques dans la forêt amazonienne.

Financement & durée

CNRS Amazonie II (2008-2011).

Responsable scientifique

Stephan Hättenschwiler, UMR Cefe.

Responsable Scientifique pour l’UMR EcoFoG : Heidy Schimann.

Partenariat scientifique

  • CEFECNRS UMR 5175, Montpellier (Stephan Hättenschwiler)
  • ECOFOGINRA UMR 745, Kourou (Heidy Schimann)
  • UMR INRA-UHP “Interactions Arbres/Microorganismes”, Nancy (Marc Buée)
  • LIEBECNRS/Université Metz UMR 7146, Metz (Johann Nahmani)
  • CEFSINRA, Toulouse (Tanguy Daufresne)

Participants au projet pour EcoFoG :

  • Chercheurs : Damien Bonal, Heidy Schimann
  • Techniciens : Eliane Louisanna, Audin Patient
  • Doctorante : Sandra Barantal

Présentation du projet

On sait que la diversité spécifique élevée des arbres des forêts amazoniennes se traduit par une stoechiométrie C:N:P très variables dans les apports de litières au sol. Une telle amplitude de variation des éléments nutritifs majeurs a des répercussions sur les niveaux trophiques supérieurs de la communauté des décomposeurs ainsi que sur les cycles biogéochimiques. A travers les concepts théoriques de la stoechiométrie écologique et en utilisant des approches expérimentales, nous proposons d’étudier les contraintes nutritives des microorganismes, de la faune du sol et des espèces végétales de la forêt tropicale de Guyane française.

En combinant les approches de la biogéochimie, de l’écologie microbienne, des macroinvertébrés et des plantes et la modélisation stoechiométrique, ce travail contribuera à une meilleure appréhension des mécanismes par lesquels la biodiversité affecte le fonctionnement de l’écosystème. Il permettra aussi de mieux comprendre comment les relations plantes-sol interagissent sur la séquestration du carbone et la dynamique des nutriments dans des forêts tropicales et comment des contraintes stoechiométriques peuvent aider à analyser l’évolution des différentes stratégies d’utilisation des nutriments par les plantes et les microorganismes. Ce projet d’écologie fondamentale est aussi pertinent pour l’établissement des conséquences de la perte de biodiversité, des stratégies de conservation et de management des forêts amazoniennes dans le contexte des changements environnementaux.

DiaryTous les événements

October 2020 :

Nothing for this month

September 2020 | November 2020

News items Toutes les brèves