BGF-EcoFoG

Thème

Influence de l’intensité d’exploitation et du degré d’ouverture de la canopée en forêt tropicale humide sur le maintien et la dynamique de la biodiversité : De l’étude de la dynamique des peuplements et des traits des espèces à la définition de règles de gestion durable

Financement & durée

Ministère de la Recherche, GIP-ECOFOR : 2005-2008

Responsable scientifique

Lilian Blanc.

Partenariat scientifique

  • ONF Guyane
  • UMR Ecofog
  • Université de Floride
  • Dept de Botanique, Université de Lisbonne
  • UPR 37, CIRAD-forêts
  • UMR AMAP

Présentation du projet

Les forêts tropicales humides représentent 700 millions d’hectares (FAO-FORIS) et sont reconnues comme des modèles de biodiversité (la forêt de Guyane française contient par exemple plus de 1350 espèces d’arbres – Source Herbier de Cayenne - et sur un hectare, on trouve 200 espèces pour 500 à 600 tiges recrutées, Ter Steege et al. 2000). Pour la foresterie nationale et internationale, la prise en compte de la biodiversité dans la gestion est devenue une priorité. Dans ce contexte, les recherches sur forêts tropicales, appuyées sur des dispositifs de long terme, peuvent apporter une contribution de portée générique, notamment sur la façon d’aborder les questions suivantes au sein d’un écosystème complexe : comment caractériser de façon globale mais pertinente : i) les perturbations de l’exploitation et ii) l’expression du « tempérament » des espèces en réponse à ces perturbations, et à quelles échelles de temps et d’espace ? Comment utiliser des connaissances sur les traits de croissance et les traits écophysiologiques de ces espèces pour comprendre ces tempéraments (avec des interprétations robustes qui ne soient pas le fait d’un dispositif ou du choix de quelques espèces) et comment acquérir ces connaissances « fines » de façon à la fois rapide et pertinente, compte tenu de la contrainte de devoir aborder une forte diversité d’espèces ?

L’objectif général du projet est (i) de caractériser les effets de l’intensité de l’ouverture de la canopée suite à l’exploitation forestière sur la dynamique (croissance, recrutement, mortalité) du peuplement forestier et de ses principales espèces arborescentes, (ii) de caractériser ces effets sur le maintien de la diversité spécifique (espèces arborescentes) et génétique, (iii) de caractériser les traits fonctionnels ou associations de traits des espèces, en terme d’échanges gazeux foliaires, qui permettent d’expliquer les différences de tempérament et de stratégies des espèces en réaction à ces perturbations. Le but ultime est de comprendre et prédire les effets de l’intensité d’exploitation et du degré d’ouverture de la canopée sur le maintien de la biodiversité (ici, la diversité spécifique, génétique intra-spécifique et fonctionnelle, à l’échelle locale).

Cette proposition repose sur une approche écologique multidisciplinaire transversale portée par l’UMR EcoFoG associée à d’autres partenaires hexagonaux, en collaboration étroite avec le pôle technique de l’ONF Guyane. Au-delà de son intérêt direct pour la gestion durable de la forêt guyanaise en particulier et tropicale humide en général, le projet se voudrait alors également « prototype » d’une approche intégrée de l’écologie pour aborder la dynamique et le fonctionnement d’un écosystème à très forte richesse spécifique dans le contexte de la définition de règles de gestion durable.

DiaryTous les événements

News items Toutes les brèves