GuyaSpaSE

Thème

Comment passer des estimations locales de biodiversité et de stocks de carbone à des indicateurs régionaux utilisables dans l’aménagement et la gestion des massifs forestiers guyanais ?

Financement & durée

MAAP programme BGF : 2011-2013.

Responsable scientifique

Chris Baraloto.

Partenariat scientifique

UMR EcoFoG.

ONF.

UMR Amap (Herbier de Guyane).

Présentation du projet

La forêt guyanaise, qui représente un tiers de la forêt française, sera au cœur de la problématique de développement de ce département français d’Amérique du Sud dans les décennies à venir. Comment préserver ce remarquable réservoir de biodiversité et de carbone tout en aménageant le territoire, aménagement qui impliquera obligatoirement un changement d’usages d’une partie des terres actuellement à vocation forestière ? Dans ce contexte, la définition d‘indicateurs de services environnementaux (biodiversité, carbone) comme outils d’aide à la décision pour les gestionnaires est un préalable indispensable pour mettre en œuvre un développement durable.

Dans ce projet nous proposons de définir des outils fiables d’évaluation de la biodiversité à l’échelle de travail des gestionnaires. Pour ce faire, nous proposons d’aborder la biodiversité à travers la notion d’« habitat » qui est la plus appropriée, eu égard à son échelle de perception, à son caractère intégrateur et à son utilisation partagée par les différentes disciplines (botanistes, géographes, forestiers, spécialistes de la faune…). Trois axes de travail seront privilégiés :

  • la définition, la modélisation et l’estimation d’indices de biodiversité et de stocks de carbone; Ce travail sera réalisé à partir d’informations recueillies depuis plusieurs décennies et compilées dans des bases de données associant pour chaque site étudié des données environnementales, des informations botaniques et des données de traits fonctionnels. L’objectif sera d’une part de trouver les indices les plus pertinents pour capter les différents patrons de diversité et de carbone (Action 1) et d’autre part de définir des protocoles de collecte de données sur le terrain, rapides et répondant conjointement aux deux services (Action 2).
  • l’étude de la variabilité spatiale des habitats forestiers à l’échelle des paysages en Guyane (Action 3), le terme paysage étant entendu comme une mosaïque d’habitats en interaction (Forman et al. 1986). Les paysages seront définis à partir de données géomorphologiques et seront ensuite caractérisés par l’abondance relative des différents types d’habitat.
  • La mise au point et le calcul d’indicateurs de la biodiversité et du stock de carbone définis et validés à l’échelle de l’habitat et compilés à celle du paysage permettra de cartographier sur l’ensemble du territoire guyanais ces deux principaux services environnementaux.

DiaryTous les événements

News items Toutes les brèves