Alex Salas-Lopez

mardi 16 octobre 2012

Thèse soutenue le 29 septembre 2016

Effets de l’anthropisation sur la diversité fonctionnelle des fourmis et leur participation dans des processus écosystémiques

Les perturbations d’origine anthropique sont à l’origine de l’érosion de la biodiversité avec des conséquences pour le fonctionnement des écosystèmes. La vitesse de ces changements a stimulé de nombreuses recherches portant sur les effets de ces modifications sur la biodiversité des organismes et leurs propriétés fonctionnelles. En effet il a été montré que les traits des espèces sont plus importants que leur identité elle-même pour tenir compte de leurs rôles écologiques. Même si la majorité de ces travaux ont étudié la réponse des producteurs primaires sur les écosystèmes terrestres, la contribution d’autres organismes est toutefois essentielle pour maintenir un fonctionnement et une résilience des écosystèmes corrects.

Les fourmis sont des organismes cibles intéressants pour étudier de telles modifications du fait de leur abondance et de leur dominance écologique. En effet elles ont une distribution cosmopolite et participent à de nombreuses fonctions dans l’écosystème terrestre. Elles sont également faciles à étudier et des méthodes d’échantillonnage standard existent. Bien que de nombreuses recherches aient démontré des modifications dans la composition spécifique des fourmis dans des gradients environnementaux, un nombre réduit d’entre elles ont étudié la contribution de ces organismes sur le fonctionnement des écosystèmes. De plus, les traits responsables de telles modifications sont encore peu connus. Il est donc nécessaire de développer une méthodologie capable d‘identifier la participation des fourmis dans des processus écosystémiques, de quantifier leur activité, afin de comprendre comment ces organismes agissent sur les capacités de résistance et résilience des écosystèmes.

Ainsi, cette thèse vise à mettre en lumière i) en quoi la simplification des habitats liée aux activités humaines a des répercussions sur les communautés de fourmis, ii) quels sont les traits responsables du succès écologique d’une espèce ou de son déclin au sein d’un environnement donné, et iii) comment ces variations en composition spécifique impactent l’intensité de participation des fourmis aux processus écosystémiques.

FSE Guyane Union Européenne

Cette thèse est cofinancée par l’Union Européenne et le labex Ceba.

Labex Ceba



Agenda

<<

2017

 

<<

Août

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
31123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123
Aucun évènement à venir d'ici la fin du mois

Brèves

12 avril - Les symbioses ectomycorhiziennes, stars montantes des Néotropiques

Lors du VIIIème Congrès de Mycologie Brésilien, qui s’est tenu à Florianopolis (Brésil) en octobre (...)

3 mars - Plateau des Guyanes : les cours mondiaux de l’or déterminent l’ampleur de la déforestation

L’or valeur refuge pourrait bien sceller le destin d’une partie des forêts du Plateau des Guyanes. (...)

3 mars - Les sociétés précolombiennes ont façonné la forêt amazonienne

Une étude internationale coordonnée par l’Institut national de recherche d’Amazonie (INPA, (...)

20 décembre 2016 - Cartographier le stockage du carbone après l’exploitation forestière

Une équipe internationale rassemblée au sein de l’observatoire des forêts tropicales aménagées (...)

15 décembre 2016 - La pollution aux phtalates atteint aussi les réserves naturelles présumées vierges

Le quotidien Le Monde consacre dans son édition du 12 décembre 2016 un article sur le problème de (...)

Statistiques

Dernière mise à jour

mardi 15 août 2017
 

Visites

64 aujourd'hui
241 hier
374396 depuis le début
10 visiteurs actuellement connectés