Olivier Dézerald

Thèse soutenue le 12 novembre 2015

Changement climatique et réseaux trophiques : impacts sur la biodiversité et le fonctionnement des écosystèmes

Le changement climatique a déjà commencé à affecter la distribution des espèces. Les espèces n’ont pas qu’une valeur patrimoniale, elles sont aussi impliquées dans la capture, la conversion et les flux d’énergie et de matière au sein des écosystèmes. Ces processus sont des fonctions dont l’homme dépend de façon ultime. Le changement climatique peut aussi créer des conditions favorables à l’émergence de populations nuisibles à l’homme, comme par exemple des moustiques vecteurs de pathogènes. Il s’est avéré très difficile d’étudier les impacts du changement climatique sur les processus écosystémiques et/ou l’émergence de populations dominantes, d’abord car les effets constatés sur des espèces isolées ne peuvent être extrapolés au réseau complexe des interactions biologiques, ensuite parce qu’il est difficile de manipuler des écosystèmes naturels entiers, et enfin parce qu’on ne sait pas utiliser des résultats obtenus localement pour prédire des réponses à l’échelle de régions lorsque la composition spécifique des communautés et traits biologiques montrent un turnover géographique. En prenant en compte les capacités d’adaptations des organismes et la plasticité des réseaux d’interactions, les objectifs généraux de cette thèse sont : (1) de comprendre les interactions entre variabilité dans la composition des communautés et le changement climatique, et (2) d’élaborer une théorie multi-habitats sur la façon dont le climat affecte les écosystèmes.

FSE Guyane {PNG}Union Européenne {PNG}

Cette thèse a été cofinancée par l’Union Européenne et le labex Ceba.

Labex Ceba {PNG}

Publications pour EcoFoG

AgendaTous les événements

novembre 2017 :

Rien pour ce mois

octobre 2017 | décembre 2017

Brèves Toutes les brèves