Margaux Vastra

Thèse soutenue le 9 octobre 2015

Etude de la (bio)corrosion d’aciers de structures d’ouvrages d’art en eaux saumâtres. Cas du pont sur la Cayenne.

Les matériaux métalliques immergés dans un environnement marin sont susceptibles d’être soumis à des phénomènes de corrosion liés à l’agressivité du milieu dans lequel ils évoluent.
Depuis quelques années, plusieurs laboratoires, de part le monde, ont axé leurs recherche sur la biocorrosion c’est à dire la corrosion liée à la présence de micro-organismes (« microbiologically influenced corrosion ou MIC »).
La difficulté de ce type de recherche est de réussir à « découpler » l’agression chimique de l’agression biologique ; c’est notamment pour cette raison que les études se sont focalisées, à l’origine, sur les aciers inoxydables présentant une grande résistance à la corrosion « chimique » [1]. On notera, dans des conditions extrêmes, les études menées dans les eaux du Golfe d’Arabie Saoudite [2] et celle réalisée sur des plates-formes pétrolières offshore de Mer du Nord [3].
Les bactéries, en milieu aqueux possèdent 2 modes de vie : planctonique ou sédentaire sous forme de biofilms. Les bactéries sont, en effet, capables de produire des exopolymères qui créent un environnement particulier favorisant la survie des bactéries (en les protégeant du milieu) et leurs proliférations (en créant les conditions physico-chimiques favorables) : on parle alors de biofilms.
En général, les bactéries peuvent oxyder une grande variété de déchets organiques qu’elles utilisent comme nutriments et qui conduit à leur prolifération.
De nombreux scientifiques ont mis en évidence l’effet de la présence d’un biofilm sur la dégradation de surfaces métalliques [4-8]. Certaines bactéries jouant un rôle majeur dans le processus de biocorrosion ont été identifies : bactéries sulfato-réductrices, bactéries sulfuro-oxydantes, bactéries mangano-oxydantes, bactéries ferro-oxydantes, bactéries secrétant des acides organiques, … mais également les biofilms en créant des conditions physico-chimiques particulières à proximité de l’interface (diminution du pH, élimination de l’oxygène dissout, …) [9-12] conduisant à des corrosions de type « aération différentielle ».
Les bactéries les plus souvent et récemment étudiées sont les bactéries sulfato-réductrices qui sont des bactéries anaérobies présentes souvent majoritairement dans les biofilms (sous certaines conditions) et identifiées comme responsables de grands nombres de dommages [13-15].
Les températures constantes et élevées ainsi que le taux d’humidité (le facteur mesuré est le Time of Wetness) régnant en Guyane favorisent la diversité et la croissance des microorganismes. Malgré ce constat, aucune étude n’a eu lieu sur le rôle important que jouent les microorganismes sur la dégradation des alliages métalliques dans les pays tropicaux, en général, et en Guyane, en particulier.

FSE Guyane {PNG}Union Européenne {PNG}

Cette thèse est cofinancée par l’Union Européenne et le labex Ceba.

Labex Ceba {PNG}

DiaryTous les événements

News items Toutes les brèves