Audrey Sagne

Tél. : 05 94 32 92 18

Fax : 05 94 32 43 02

email : Audrey.Sagne at EcoFoG.gf

Situation

Doctorante à l’UMR EcoFoG, Ecole doctorale de l’UAG jusqu’en 2014 puis ingénieure d’études contractuelle de 2014 à 2015.

Les patrons de distributions spatiales des communautés fongiques : cas des communautés fongiques de l’écosystème forestier de Guyane Française.

Quelles seront les conséquences des changements globaux et des variations des facteurs environnementaux sur la diversité biologique en milieu tropical au cours du XXIème siècle ? En Amazonie, les scénarios climatiques prévoient entre autres une augmentation de l’intensité de la saison sèche dans l’Est de l’Amazonie1. L’évaluation de ces changements mais aussi leur prédiction nécessite de disposer d’une situation de référence de la diversité biologique sur laquelle se fonder pour effectuer des projections. Ces situations de référence n’existent déjà plus dans de nombreux écosystèmes du fait de modifications anthropiques majeures. Les forêts de Guyane présente l’avantage de ne pas encore avoir été profondément touchées les perturbations d’origine anthropiques et pour cette raison sont un excellent laboratoire d’étude de la biodiversité. Dans ces forêts, plusieurs études ont déjà permis une caractérisation encore partielle de la diversité des communautés d’arbres en termes de taxinomie, phylogénie, diversité fonctionnelle ou structure des communautés2,3. Cet état de connaissances est encore loin d’être acquis pour ce qui concerne d’autres groupes taxinomiques, et en particulier les communautés fongiques. Les fonges sont des acteurs majeurs dans de nombreux processus écosystémiques et en particulier dans le recyclage des éléments nutritifs4, la dégradation de la matière organique5, ou la défense des organes6. La diversité de ces organismes reste encore très mal évaluée en général7 et en milieu tropical, avec une identification taxonomique possible sur les champignons macroscopiques via leurs fructifications mais des communautés de fonges microscopiques quasiment inexplorées. Jusqu’à récemment, l’un des obstacles majeurs pour connaître la diversité des fonges était la difficulté à rassembler des jeux de données suffisants, standardisés et répétables dans le temps. En effet l’expertise taxinomique en mycologie devient rare et les caractères morphologiques sont souvent difficiles chez les champignons. Les technologies de séquençage à haut-débit (Next Generation Sequencing) offrent une opportunité unique pour progresser de manière significative dans la réalisation d’inventaires de la biodiversité. En particulier, ces technologies NGS permettent d’accéder à la diversité des microorganismes, de caractériser les structures de communautés ainsi que leurs distributions ainsi que les facteurs de variation qui les affectent.

FSE Guyane {PNG}Union Européenne {PNG}

Cette thèse est cofinancée par l’Union Européenne et le labex Ceba.

Labex Ceba {PNG}

DiaryTous les événements

September 2019 :

Nothing for this month

August 2019 | October 2019

News items Toutes les brèves