Marina Ciminera

mardi 10 septembre 2013

Tel. : (+594) 5 94 29 93 00

Fax : (+594) 5 94 28 43 02

email : Marina.Ciminera@ecofog.gf

Situation actuelle

Doctorante à l’UMR EcoFoG, Ecole doctorale de l’UAG.

Identification des facteurs écologiques et génétiques susceptibles de réguler la dynamique des populations des « papillons-cendres », Hylesia spp. (Lépidoptère : Saturniidae), insecte responsable de la papillonite humaine en Guyane

Contexte

Les pullulations de « papillons-cendres » attribuées à l’espèce H. metabus constituent un problème récurrent de santé publique en Guyane, dont l’ampleur semble s’aggraver en relation avec le développement des activités humaines et notamment la multiplication des sources lumineuses. Pour se protéger des prédateurs, les papillons femelles disséminent des soies extrêmement urticantes. Attirés par la lumière au crépuscule, ces papillons sont ainsi susceptibles d’affecter l’Homme dans les villes et villages, ils génèrent la papillonite, une infection très invalidante en particulier pour les enfants. Les travaux pionniers de Vassal (1989) ont commencés à préciser la biologie et suggérés des méthodes préliminaires de gestion de ces insectes urticants. Les populations d’insectes sembleraient ainsi se multiplier au départ dans la mangrove, sur palétuvier blanc en Guyane, avant d’envahir les villes en phase épidémique, leurs chenilles exprimant à ce moment un comportement polyphage affectant plusieurs espèces d’arbres. Après cette phase épidémique, qui présente une certaine cyclicité, les populations de papillons s’effondrent et restent à basse densité pendant quelques années avant que le cycle de pullulation ne reprenne.

Projet et enjeux scientifiques

La définition de méthodes spécifiques de régulation des populations s’avère donc très urgente mais nécessite au préalable de vérifier que seule l’espèce H. metabus est impliquée dans ces épisodes d’urtication, alors que plus de 25 autres espèces du même genre existent dans la région, et de préciser les facteurs régulant la dynamique des populations des insectes, notamment le passage des phases de basses densités aux phases épidémiques.

Ces deux points constitueront les objectifs principaux de la thèse, avec deux approches complémentaires. La première sera de systématique moléculaire et de génétique des populations. Elle consistera au développement et à l’utilisation d’outils moléculaires permettant (1) d’une part d’identifier la (les) espèce(s) impliquée(s) dans les épisodes d’urtication et (2) d’autre part de préciser l’échelle de différenciation des populations de l’espèce H. metabus. La deuxième sera une approche écologique visant à préciser les facteurs de mortalité intervenant dans le cycle temporel des populations d’Hylesia et ses capacités de dispersion.

FSE Guyane Union Européenne

Cette thèse est cofinancée par l’Union Européenne, la Région Guyane et le labex Ceba.

Région Guyane Labex Ceba


Agenda

<<

2017

 

<<

Octobre

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345

Brèves

25 juillet - Coupure de l’internet

Après quelques semaines de fonctionnement erratique, notre lien internet a définitivement arrêté (...)

4 janvier - Poste à pourvoir au CIRAD

Le CIRAD, recrute un "VSC Bio Informaticien", basé en Guyane française.
Poste à pourvoir le (...)

20 juin 2016 - Recrutement au Cirad : Écologue des forêts tropicales, responsable scientifique de la station de Paracou

Le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad) (...)

23 octobre 2015 - Visite du PDG du CNRS

Alain Fuchs, président directeur général du CNRS, a effectué une visite au sein de l’unité le (...)

20 août 2015 - Visite du Ministre de l’Economie

Emmanuel Macron, Ministre de l’Economie, de l’Industrie et du Numérique, a visité le laboratoire (...)

Statistiques

Dernière mise à jour

vendredi 13 octobre 2017
 

Visites

111 aujourd'hui
394 hier
393323 depuis le début
10 visiteurs actuellement connectés