Camille Dezécache

Thèse soutenue le mercredi 17 mai 2017

Emissions de carbone induites par la déforestation tendancielle sur le plateau des Guyanes : modélisation en contexte incertain et quantification économique du coût de scénarios alternatifs.

Le massif amazonien constitue l’ensemble forestier continu et intact le plus important de la planète. Au sein de celui-ci, le plateau des Guyanes s’étend sur 2,5 millions de km² et six pays d’Amérique du Sud (le Brésil avec l’Etat d’Amapa, la France avec la Guyane française, le Suriname, le Guyana et une partie de la Colombie et du Venezuela). Ce projet s’intéresse en particulier à la partie du plateau des Guyanes correspondant à l’Amapa, la Guyane française, le Suriname et le Guyana. La surface correspondant à ces quatre entités constitue un ensemble doté d’une très forte couverture forestière, supérieure à 80%, et a subi des taux de déforestation historiquement très faibles (taux de déforestation annuel inférieur à 0,3%) en comparaison avec les autres régions du bassin amazonien (FFEM, 2010). Elle présente par ailleurs un patrimoine biologique et culturel exceptionnel à protéger. Dans le but de préserver ces massifs forestiers, des outils économiques incitatifs ont été proposés par la communauté internationale, en particulier dans le cadre de la lutte contre le changement climatique. Dans ce cadre, ils concernent alors principalement la conservation des forêts pour le stock de carbone qu’elles représentent (cas de l’initiative REDD+ par exemple). En lien avec le marché du carbone, ces outils permettraient de faire financer par des Etats ou agents économiques tiers une politique de développement plus ambitieuse dans la lutte contre la déforestation et la dégradation des forêts.

AgendaTous les événements

novembre 2017 :

Rien pour ce mois

octobre 2017 | décembre 2017

Brèves Toutes les brèves