Romain Gaspard

Situation actuelle

Doctorant à l’UMR EcoFoG, Ecole doctorale de l’UAG.

L’exploitation rend-elle les forêts tropicales plus vulnérables aux changements climatiques ?

Les projections des modèles météorologiques prédisent que les forêts tropicales, forcés par les emissions anthropiques de CO2, vont subir des changements de régime pluviométrique, en particulier une augmentation du stress hydrique. Sachant que 300 millions d’hectares de forêts tropicales sont aujourd’hui dédiés à la production de bois, la vulnérabilité des forêts tropicales humides aux effets combinés de l’exploitation forestière et des changements climatiques est une question scientifique nouvelle. Le travail de doctorat proposé aura pour objectif de tester la résilience des forêts tropicales exploitées aux climats du futur à travers le développement d’un modèle générique de la dynamique post-exploitation des forêts dans lequel les couplages climatiques seront explicites. La calibration du modèle se reposera sur les données, déjà acquises, des dispositifs de Paracou (Amérique du Sud) et de M’Baiki (Afrique Centrale) et sera implémenté dans le simulateur Selva. L’exploitation forestière étant intégrée explicitement dans le modèle de dynamique, le simulateur permettra de tester et d’optimiser les couples scénarios d’exploitation – scénarios climatiques, i.e. d’optimiser les modes d’exploitation forestière pour chaque scénario climatique envisagé. La calibration du modèle, et sa validation, intégrant à la fois des données d’Amazonie et d’Afrique Centrale permet d’espérer que les sorties auront un caractère suffisamment générique pour répondre à la question de l’adaptation des modes d’exploitation et de gestion des forêts pantropicales aux climats du futur.

Objectifs
L’objectif général de cette thèse est de tester la résilience des forêts tropicales humides aux effets combinés de l’exploitation forestière et des changements climatiques. Plus précisément, il s’agira de modéliser la dynamique post-exploitation des forêts en réponse aux variations climatiques interannuelles. La calibration du modèle reposant à la fois sur les données, déjà acquises, des dispositifs de Paracou (Amérique du Sud) et de M’Baiki (Afrique Centrale) devrait permettre l’obtention de réponses ayant un caractère générique.
L’objectif général se décline en 3 objectifs spécifiques.
OS1 - Unifier les approches de modélisation de la dynamique forestière (« groupes », « modèles mixtes », « traits fonctionnels ») pour développer un cadre méthodologique générique.
OS2 – A l’aide des modèles issus d’OS1 et des données de M’Baiki et Paracou, modéliser les effets combinés des changements climatiques et de l’exploitation forestière sur la dynamique des peuplements.
OS3 –Injecter les modèles OS2 dans le simulateur forestier Selva pour tester des scénarios climatiques et d’exploitation difficiles à tester aux pas d’espace et de temps des dispositifs forestiers actuels.

  • Mots clés
    Amazonie, Bassin du Congo, Changements climatiques, Dynamique forestière, Exploitation durable, Forêts tropicales, Modélisation
  • Directeur de thèse : Bruno Hérault, UMR EcoFoG
  • Codirecteurs de thèse : Sylvie Gourlet-Fleury & Frédéric Mortier, UR Biens et services des Ecosystèmes forestiers (Cirad)
FSE Guyane {PNG}Union Européenne {PNG}

Cette thèse est cofinancée par l’Union Européenne et le labex Ceba.

Labex Ceba {PNG}

AgendaTous les événements

novembre 2017 :

Rien pour ce mois

octobre 2017 | décembre 2017

Brèves Toutes les brèves