La diversité biologique capable d’atténuer les conséquences du changement climatique sur les écosystèmes néotropicaux

Grâce à la réplication d’expérimentations portant sur les effets du changement climatique, dans divers sites géographiques, il est possible de tester la réponse apportée par certaines communautés écologiques et leurs écosystèmes aux changements attendus au cours des prochaines décennies, tout en rendant compte des interactions entre changement global et contextes environnementaux locaux à régionaux. Une étude, fruit de la collaboration entre le Laboratoire écologie fonctionnelle et environnement (CNRS/Université Toulouse III - Paul Sabatier/Toulouse INP) et ses nombreux partenaires à travers le monde1 , publiée le 5 avril dernier dans Functional Ecology, montre que la stabilité des écosystèmes néotropicaux (sud du Mexique, Amérique centrale, îles Caraïbes et Amérique du sud) face aux changements de régimes de précipitations ne repose pas sur l’adaptation locale des espèces à la variabilité naturelle, mais sur la redondance des fonctions assurées par les espèces qui joue un rôle d’assurance face à la perte de biodiversité.

Bibliographie

Functional redundancy dampens precipitation change impacts on species-rich invertebrate communities across the Neotropics.
Régis Céréghino, M. Kurtis Trzcinski, A. Andrew M. MacDonald, Nicholas A.C. Marino, Dimaris Acosta Mercado, Céline Leroy, Bruno Corbara, Gustavo Q. Romero, Vinicius F. Farjalla, Ignacio M. Barberis, Olivier Dézerald, Edd Hammill, Trisha B. Atwood, Gustavo C.O. Piccoli, Fabiola Ospina Bautista, Jean-François Carrias, Juliana S. Leal, Guillermo Montero, Pablo A.P. Antiqueira, Rodrigo Freire, Emilio Realpe, Sarah L. Amundrud, Paula M. de Omena, Alice B.A. Campos, Diane S. Srivastava.
Functional Ecology (2022). https://doi.org/10.1111/1365-2435.14048

DiaryTous les événements

November 2022 :

Nothing for this month

October 2022 | December 2022