Capteurs passifs de mercure MerPAS

Des capteurs passifs de mercure (Hg) ont été installés au-dessus de la canopée, sur la tour Guyaflux. Ces capteurs sont constitués de charbon actif imprégné de sulfure. Le Hg gazeux présent dans l’atmosphère diffuse à travers une surface de diffusion et vient se fixer sur le charbon actif. L’analyse se fait ensuite en laboratoire, par désorption thermique et spectroscopie d’absorption atomique. Le capteur en soi n’a donc aucun besoin en électricité, ce qui le rend idéal pour être installé sur des sites isolés. De plus, les capteurs MerPAS ont une faible limite de détection, ils peuvent donc être utilisés, comme ici, sur des sites où les concentrations en Hg atmosphériques sont proches du bruit de fond atmosphérique (1 ng/m³ [1]).

Les capteurs installés ici s’inscrivent au sein d’un réseau d’observation du mercure, le GMOS (Global Mercury Observation System, http://www.gmos.eu/). Ce réseau s’attelle au monitoring des concentrations de mercure dans les écosystèmes atmosphériques et marins et dispose de stations de mesures sur tous les continents. L’objectif de ce réseau est d’obtenir des données de concentrations du mercure, précises et comparables, sur le long terme, pour mieux quantifier les sources et puits de Hg, et comprendre le rôle des activités humaines sur le cycle du Hg. Le site de Guyaflux est particulièrement intéressant car il fournit une signature de mercure atmosphérique au-dessus de la canopée d’une forêt tropicale.

DiaryTous les événements

November 2022 :

Nothing for this month

October 2022 | December 2022