Sur l’agenda

Vous pouvez vous abonner à l’agenda : un calendrier iCal sera téléchargé, que vous pouvez intégrer à votre gestionnaire d’agenda.

février 2019 - avril 2019

  • février
  • Tamàs MOLNAR, (institut de recherche forestière NAIK ERTI, Hongrie).

    Ground-based forest observations in Hungary have recently been completed by a wall-to-wall system (in Hungarian : “TEMRE”) to monitor forest health in relation to environmental changes (including climate change). The system is based on free images with a 250*250 m (moderate) resolution from the MODIS sensor of the Terra OSM satellite. Once in every 16 days during the vegetation season (May-October), NDVI values are automatically downloaded for the entire country, masked for the Hungarian forest area, filtered for errors, and classified using standardized NDVI-index (Z) values. Forest maps showing the actual status of the forest cover by colour-coded values are then developed and published at klima.erti.hu/TEMRE.php. The discoloration of pixels in any forest with health issues can be due to, among others, lasting physiological deficiencies (caused by factors such as drought, heat stress, lack of nutrients and biotic agents) or abrupt leaf area loss (caused by pests, late frost, strong wind etc.).
    The attribution of discolorations to specific causes, to be attempted for larger (>1000 ha) contiguous areas, is supported by information on the distribution of tree species (currently, the ten most common ones) and site conditions (currently using map layers of climate type, elevation, hydrological conditions, mean water table level, rooting depth, soil texture, aspect and slope). Site conditions determinate both where the various species and forest associations can be found and how trees grow but also how they may affect forest health. Determining separately and numerically the effect of the various site factors is impossible, however, analyzing the geographical overlapping of these conditions and forest health might help identify reasons of possible issues.
    Development plans include the usage of new, higher resolution satellite images, new vegetation indices, and developing methods for reliable validation from field measurements. Sentinel-2 L2A images (10*10 m) of European Space Agency have already been used in specific areas to identify precisely the expansion of known forest calamities (abiotic : ice-break, wind-break, wind-fall or biotic agents). Different forest health state indicators (NDVI, LAI, and classified land cover maps) were also tested and validation was done by field data of the Hungarian National System for Identification and Registration of Forest Damages (in Hungarian, OENYR). It is also planned to exchange MODIS tiles to forest sub compartment polygons for better comparison. Studies are recently being conducted to investigate the results of these developments.

    Visio conférence

    Adresse IP 194.214.202.146
    Numéro de la conférence 721594
    Mot de passe 9731
    Téléphone ou RNIS +33 (0)4 26 68 73 07

    Via un navigateur Web (PC, tablette, smartphone) : lien scopia
    Aide à l’utilisation de ce lien (cf page 9)
    Aide mise à jour Scopia, janvier 2016 (Client)

    Salle Silvolab (Campus de Kourou)

  • Attila BOROVICS, (institut de recherche forestière NAIK ERTI, Hongrie).

    "We are shooting a moving target” when we talk about the effects of climate change, therefore timely solutions are necessary for constantly changing conditions.
    It cannot be forgotten that in solving the problems of climate change affecting forestry, there is only one key player apart from intelligent people, the living plant itself.
    We must recognize the adaptation processes of our species and introduce new management practices in line with the speed of the human-induced climate change.

    Researchers are responsible for collecting and evaluating available information. All these data, which had been accessible separately for a long time, had to be made easily available for some sites of actual intervention using only the toolkit provided by GIS and applying new evaluation methods. Accepting the month average rainfall and temperate data of given sites by climatologists, the future climatic conditions can be determined, using the newly developed drought indicator (FAI).

    So it is a realistic idea that future sites condition are predictable and, therefore, we can make suggestions about the target stocks, tree species and even the origins and sources of propagation materials from tree species safe to apply for the next decades.
    Prudent propagation material management can be a solution to climate change problems.

    Visio conférence

    Adresse IP 194.214.202.146
    Numéro de la conférence 721594
    Mot de passe 9731
    Téléphone ou RNIS +33 (0)4 26 68 73 07

    Via un navigateur Web (PC, tablette, smartphone) : lien scopia
    Aide à l’utilisation de ce lien (cf page 9)
    Aide mise à jour Scopia, janvier 2016 (Client)

    Salle Silvolab (Campus de Kourou)

  • Maxime Bellifa (Agroparistech, Feder GFClim)

    Cette présentation fait suite à un stage de césure de 6 mois au laboratoire d’écophysiologie. Deux projets ont été suivis : le projet GFClim, qui vise à tester la résistance écophysiologique à la sécheresse des essences commerciales. Un panel de 11 traits foliaires a été mesuré sur le terrain en octobre 2018. Les mêmes traits ont été relevés pour le projet RéfHab, dont l’objectif est d’étudier l’impact de l’habitat sur la réponse à la sécheresse des espèces. Les mesures ont donc été réalisées sur des individus présents dans trois habitats montrant des caractéristiques hydriques et pédologiques variées.

    Visio conférence

    Adresse IP 194.214.202.146
    Numéro de la conférence 729177
    Mot de passe 9731
    Téléphone ou RNIS +33 (0)4 26 68 73 07

    Via un navigateur Web (PC, tablette, smartphone) : lien scopia
    Aide à l’utilisation de ce lien (cf page 9)
    Aide mise à jour Scopia, janvier 2016 (Client)

    Salle Silvolab (Campus de Kourou)

  • Maëlle Cario (AgroCampus-Ouest, Feder GFClim)

    Présentation des différentes mesures réalisées dans le cadre de la thèse de Camille Ziegler, puis présentation des résultats de l’expérience principale du stage sur la réponse de la conductance stomatique à la baisse du potentiel hydrique.

    Visio conférence

    Adresse IP 194.214.202.146
    Numéro de la conférence 729177
    Mot de passe 9731
    Téléphone ou RNIS +33 (0)4 26 68 73 07

    Via un navigateur Web (PC, tablette, smartphone) : lien scopia
    Aide à l’utilisation de ce lien (cf page 9)
    Aide mise à jour Scopia, janvier 2016 (Client)

    Salle Silvolab (Campus de Kourou)

  • Carlos Lopez Vaamonde (INRA)

    Invertebrates are keystone species in the global ecosystem and the consequences of their loss are anticipated to be considerable. In particular, there is little understanding of invertebrate assemblages in tropical forests, let alone their response to climate change. Using the saturnid and sphingid moths as models, the group has conducted an ambitious program combining museum, genetic (Bar Code of Life), and environmental data to answer this question. We will present results of macroecological studies at global scale for these moths, with an emphasis on the approach used to combine records from various sources.

    Visio conférence

    Adresse IP 194.214.202.146
    Numéro de la conférence 729177
    Mot de passe 9731
    Téléphone ou RNIS +33 (0)4 26 68 73 07

    Via un navigateur Web (PC, tablette, smartphone) : lien scopia
    Aide à l’utilisation de ce lien (cf page 9)
    Aide mise à jour Scopia, janvier 2016 (Client)

    Salle Silvolab (Campus de Kourou)

  • mars
  • Eva PHILIPPE (ENS Ulm, Feder GFCLIM)

    De manière traditionnelle la modélisation de la mort chez les arbres se fait par estimation de taux de mortalité. Suite à une initiative récente concernant les arbres de plus de 10 cm, nous avons appliqué des modèles probabilistes dits « de survie » à des données de suivi de juvéniles de 25 espèces d’arbres. Ces modèles sont avant tout utilisés en médecine, par exemple pour tester l’effet de traitement sur des patients. Ils ont
    l’avantage d’intégrer le parcours des individus dans le temps avant que survienne (ou pas) l’événement de mort (ou de récidive) et de pouvoir prendre en compte les incertitudes sur la date des événements. Le dispositif expérimental est celui des « placettes INRA », mis en place en 1992 et suivi jusqu’en 2016. Outre les données de climat recensées sur Paracou, cette étude a pu profiter, pour la première fois, de données lumineuses en 3 dimensions et sur 4 dates différentes. Ces données lumineuses sont issues du traitement de données LIDAR, en application des recherches de collègues de l’UMR AMAP à Montpellier.

    Visio conférence

    Adresse IP 194.214.202.146
    Numéro de la conférence 728955
    Mot de passe 9731
    Téléphone ou RNIS +33 (0)4 26 68 73 07

    Via un navigateur Web (PC, tablette, smartphone) : lien scopia
    Aide à l’utilisation de ce lien (cf page 9)
    Aide mise à jour Scopia, janvier 2016 (Client)

    Salle Silvolab (Campus de Kourou)

  • Emma CALVET (CIRAD, Feder GFClim)

    L’hypothèse de segmentation hydraulique prédit que les feuilles sont plus vulnérables à l’embolie que les tiges, afin de contenir l’embolie dans les organes distaux, peu chers et facilement renouvelables. Les feuilles joueraient un rôle de valve de sécurité pour protéger les organes pérennes. Avec l’enjeu croissant lié à la résistance à la sécheresse des plantes, la segmentation de vulnérabilité a été intensément investit ces dernières années. Même si l’ensemble des résultats actuels suggèrent que le degré de segmentation en régions est proportionnel au degré d’aridité, l’existence d’une telle segmentation pour les forêts tropicales humides reste controversée. Nous avons étudié une quinzaine d’espèces d’arbre de canopée en comparant la résistance à l’embolie des tiges avec celle des feuilles, afin d’évaluer un index de segmentation de vulnérabilité ainsi que sa variabilité. L’enjeu principal du stage a été de mettre en place -pour le laboratoire EcoFoG- la méthode permettant de mesurer la résistance à l’embolie des feuilles, et de l’appliquer au site de Paracou.

    Visio conférence

    Adresse IP 194.214.202.146
    Numéro de la conférence 724686
    Mot de passe 9731
    Téléphone ou RNIS +33 (0)4 26 68 73 07

    Via un navigateur Web (PC, tablette, smartphone) : lien scopia
    Aide à l’utilisation de ce lien (cf page 9)
    Aide mise à jour Scopia, janvier 2016 (Client)

    Salle Silvolab (Campus de Kourou)

  • Julie BOSSU (UMR IATE, Université de Montpellier, projet GuyaValoFibres CNRS PEPS)

    Aujourd’hui, la demande en matériaux de construction techniques ne cesse d’augmenter en Guyane. La ressource non valorisée par les circuits productifs traditionnels (co-produits aujourd’hui considérés comme déchets) peut être mise à contribution afin de produire des biomatériaux locaux de seconde transformation, jusqu’ici absents en Guyane.
    Le projet GuyaValoFibres est un projet exploratoire qui vise à motiver l’émergence de filières de bio-composites fibreux, en démontrant le potentiel des ressources ligno-cellulosiques résiduelles non valorisées.
    A partir de déchets agroforestiers abondants (fibres et feuilles de plantes annuelles, écorces et sciures d’essences commerciales etc…), de nouveaux matériaux ont été produits et caractérisés. Les résultats obtenus ont permis l’identification d’essences au fort potentiel pour des applications telles que les emballages papetiers, bio-composites et panneaux isolants.
    Compte-tenu de la grande diversité des ressources disponibles localement, ces travaux préliminaires laissent entrevoir un avenir prometteur pour la bio-ingénierie verte en Guyane.

    Visio conférence

    Adresse IP 194.214.202.146
    Numéro de la conférence 724686
    Mot de passe 9731
    Téléphone ou RNIS +33 (0)4 26 68 73 07

    Via un navigateur Web (PC, tablette, smartphone) : lien scopia
    Aide à l’utilisation de ce lien (cf page 9)
    Aide mise à jour Scopia, janvier 2016 (Client)

    Salle Silvolab (Campus de Kourou)

  • Irene RAMIREZ ROJAS ( Université d'Anvers, Projet P Imbalance)

    Etudiante en thèse, sur le projet P Imbalance, Irene fera un bilan de ses recherches menées en Guyane. Elle s’intéresse en particulier à l’importance relative des variables environnementales et des communautés d’arbres, sur les communautés bactériennes et fongiques des sols. Ses résultats portent sur les sites des Nouragues et de Paracou.
    Venez Nombreux

    Visio conférence

    Adresse IP 194.214.202.146
    Numéro de la conférence 723816
    Mot de passe 9731
    Téléphone ou RNIS +33 (0)4 26 68 73 07

    Via un navigateur Web (PC, tablette, smartphone) : lien scopia
    Aide à l’utilisation de ce lien (cf page 9)
    Aide mise à jour Scopia, janvier 2016 (Client)

    Salle Silvolab (Campus de Kourou)

  • Anna STIER (GEPOG)

    Il y a maintenant 10 ans, le Groupe d’Etude et de Protection des Oiseaux en Guyane (GEPOG) identifiait les savanes littorales de Guyane comme paysages rares et exceptionnels. Depuis, les travaux menés par l’association et d’autres structures n’ont fait que renforcer ce constat. Ces travaux ont également permis de montrer que ce sont des écosystèmes fragiles, peu résilients face aux perturbations, et ainsi menacés par un certain nombre de facteurs anthropiques. En tête de liste de ces menaces figurent deux groupes d’espèces d’arbres exotiques envahissants, les acacias et niaoulis australiens : ce sont parmi les espèces classées à plus haut facteur de risque d’invasion des espaces ouverts dans d’autres régions du monde, et elles entrainent en Guyane une perte nette d’habitat de savanes au fur et à mesure de leur expansion. C’est pourquoi le GEPOG se lance dans un nouveau projet européen sur les savanes, avec pour clef d’entrée la lutte contre ces espèces à l’échelle du territoire : rédaction de stratégies de lutte, tests techniques, étude des usages, réflexions sur les espèces locales de remplacement, sensibilisation et formation des groupes d’acteurs concernés. Mené de 2018 à 2023, ce projet devrait permettre d’apporter un début de réponse à la problématique des espèces exotiques envahissantes en Guyane et de contribuer à la conservation des espaces naturels ouverts, dont les savanes littorales.

    Visio conférence

    Adresse IP 194.214.202.146
    Numéro de la conférence 721825
    Mot de passe 9731
    Téléphone ou RNIS +33 (0)4 26 68 73 07

    Via un navigateur Web (PC, tablette, smartphone) : lien scopia
    Aide à l’utilisation de ce lien (cf page 9)
    Aide mise à jour Scopia, janvier 2016 (Client)

    Salle Silvolab (Campus de Kourou)

AgendaTous les événements

Brèves Toutes les brèves