Events

You may subscribe to the diary: an iCal calendar will be downloaded. Add it to your agenda software.

April 2019 - June 2019

  • April
  • Pierre-Olivier ANTOINE (ISEM, Université de Montpellier) et Arnauld HEURET (Université de Guyane)

    Le bassin amazonien abrite la plus vaste forêt tropicale actuelle, dotée d’une biodiversité terrestre et aquatique unique à l’échelle du globe. Aujourd’hui, les aléas climatiques et le fractionnement des habitats lié à la déforestation mettent en péril l’équilibre précaire de ces écosystèmes incroyablement complexes.
    La biodiversité amazonienne a-t-elle toujours été aussi riche au cours des temps géologiques ? Quelles sont les modalités de son émergence et de sa dynamique, les conditions qui l’ont façonnée dans le temps profond ? Quels organismes vivaient jadis dans ce qui est aujourd’hui l’Amazonie ? Que connaît-on de ce lointain passé en Guyane ?
    Cette dernière question restait jusqu’alors obstinément sans réponse, notamment en raison d’une couverture sédimentaire à la fois très réduite et inexorablement altérée. Un groupe de géologues, paléontologues et acteurs naturalistes de Guyane et de France hexagonale s’est alors formé en 2016, avec l’objectif têtu de débloquer les compteurs des archives paléontologiques du territoire. Ces efforts commencent à payer, notamment avec la découverte à Kourou de niveaux littoraux fossilifères, probablement déposés au cours de la dernière glaciation. Ces niveaux sont en cours d’exploitation en ce moment-même. Inutile de dire qu’ils n’ont pas encore livré tous leurs secrets… La conférence fera la part belle à cette belle aventure, où la paléontologie croise sans complexe l’histoire spatiale de demain !

    Visio conférence

    Adresse IP 194.214.202.146
    Numéro de la conférence 729360
    Mot de passe 9731
    Téléphone ou RNIS +33 (0)4 26 68 73 07

    Via un navigateur Web (PC, tablette, smartphone) : lien scopia
    Aide à l’utilisation de ce lien (cf page 9)
    Aide mise à jour Scopia, janvier 2016 (Client)

    Salle Silvolab (Campus de Kourou)

  • Sébastien LEVIONNOIS (Université de Guyane, Labex CEBA, CIRAD)

    « L’eau est la force motrice de la nature » De Vinci.
    Les enjeux (i) d’une meilleure compréhension de l’écologie des arbres tropicaux et (ii) de la résistance à la sécheresse des arbres avec le changement climatique, font de l’approche hydraulique un outil essentiel. Cependant, nos connaissances des arbres tropicaux du point de vue hydraulique restent limitées. Au sein de l’arbre, la pousse feuillée est une structure charnière, à la fois en constituant l’interface tige-feuille-atmosphère, en concentrant les plus grands stress hydriques dans l’arbre, et en concentrant la majorité des méristèmes qui continueront à construire l’arbre. Afin d’apporter une meilleure compréhension de la structure de la pousse feuillée, de son fonctionnement hydraulique, ainsi que de sa variabilité entre espèces, je m’intéresse aux questions suivantes :
    (1) Comment l’anatomie, et les systèmes vasculaire et hydraulique structurent la relation feuille-tige au niveau de la pousse feuillée ?
    (2) Quels sont les déterminants anatomiques de la résistance à l’embolie au niveau de la pousse feuillée ?
    (3) La segmentation hydraulique et la segmentation de vulnérabilité à l’interface feuille-tige existent-elles pour les arbres Néotropicaux ? La segmentation a-t-elle un rôle significatif pour la résistance à la sécheresse ?
    (4) Comment les traits hydrauliques déterminent la résistance à la sécheresse –temps jusqu’à la dessiccation- de la pousse feuillée ?
    Débutant maintenant la phase finale de rédaction de la thèse, la majorité de mes résultats seront tout fraichement présentés.

    Visio conférence

    Adresse IP 194.214.202.146
    Numéro de la conférence 724403
    Mot de passe 9731
    Téléphone ou RNIS +33 (0)4 26 68 73 07

    Via un navigateur Web (PC, tablette, smartphone) : lien scopia
    Aide à l’utilisation de ce lien (cf page 9)
    Aide mise à jour Scopia, janvier 2016 (Client)

    Salle Silvolab (Campus de Kourou)

  • May
  • Joan Llusià (CREAF, Barcelone, Projet Imbalance-P, ERC)

    VOCs are volatile organic molecules. They can be of biological and artificial origin. They are formed by many types of molecules with multiple functional groups and configurations and molecular conformations. The main type of these compounds are the terpenes (isoprenoids) which are a product of the secondary metabolism of vegetables. In addition, they may have other biological and artificial origins. BVOCs produced and emitted by plants apart to their physiological importance as protectors of plants in the face of multiple stresses, they have roles in biotic relationships.
    Tropical soils and vegetation represent globally significant sources of a range of atmospheric gases, including CO2, CO, N2O, NO, CH4, and Volatile Organic Compounds (VOCs).
    There is a lot of information on BVOC emissions from tropical vegetation although more field studies are needed, however there is little information about COVB emissions from tropical soils.
    The importance of terpenes emitted by tropical soils (Amazonian rain forest) in the overall balance of VOCs is currently being seriously considered. Also the isoprene would be seen as a regulator of the climate within the forests and, consequently, their structure.

    Visio conférence

    Adresse IP 194.214.202.146
    Numéro de la conférence 724017
    Mot de passe 9731
    Téléphone ou RNIS +33 (0)4 26 68 73 07

    Via un navigateur Web (PC, tablette, smartphone) : lien scopia
    Aide à l’utilisation de ce lien (cf page 9)
    Aide mise à jour Scopia, janvier 2016 (Client)

    Salle Silvolab (Campus de Kourou)

  • Leandro Van Langenhove (Université d'Anvers, Projet Imbalance-P, fonds ERC)

    Phosphorus (P) is an earthbound and finite element and the prospect of constrained access to mineable P resources, combined with rapidly increasing availabilities of carbon (C) and nitrogen (N) to ecosystems, will result in an imminent change in the stoichiometry of these available elements. This change has no equivalent in the Anthropocene and will bear profound, yet, unknown consequences for the Earth System. French Guiana is situated on some of the oldest geological regions in the world that are also among the poorest in P content. In spite of this, complex forest ecosystems with rich biodiversity have developed. In this project, we studied if and how such low P and cation availability controls a range of biological processes (e.g. microbial activity, nitrogen fixation) occurring in forest soil and in trees influencing leaf level C assimilation (e.g. leaf stoichiometry, photosynthesis). To i) gain mechanistic insights how nutrients control ecosystem processes at various levels and ii) to study the impacts of changing nutrient inputs in tropical ecosystems we additionally set up a fully factorial N- and P- addition experiment at two sites in French Guiana, in Paracou and Nouragues. The fertilization has been ongoing for three years and we return to measure a suite of biological variables and processes in both forest soil and trees.

    Visio conférence

    Adresse IP 194.214.202.146
    Numéro de la conférence 724017
    Mot de passe 9731
    Téléphone ou RNIS +33 (0)4 26 68 73 07

    Via un navigateur Web (PC, tablette, smartphone) : lien scopia
    Aide à l’utilisation de ce lien (cf page 9)
    Aide mise à jour Scopia, janvier 2016 (Client)

    Salle Silvolab (Campus de Kourou)

DiaryTous les événements

News items Toutes les brèves